Dominique Abadie et Michel Guidoni à l’Orangerie

Ils avaient déjà exposé ensemble à Vitré il y a 3 ans, l’osmose entre la sculpture et la peinture a de nouveau joué avec cette exposition très intéressante, qui s’est tenue à l’Orangerie du Thabor, du 24 avril au 1er mai et que  de nombreux promeneurs ont appréciée, malgré un temps maussade.

Dominique se consacre résolument à la sculpture, dont on voit une dizaine de pièces. Elle poursuit son travail prospectif, elle  explore les thèmes et les formes. Nous le voyons, par exemple, avec ces nouvelles pièces animalières, qui côtoient les corps et surtout les portraits . Mais ce qu’elle recherche avant tout, c’est travailler la matière, jouer, par exemple, avec les fragments, les éclatements dans une volonté de ne pas tout dire. Elle se risque avec la couleur, elle cherche à travailler d’autres matériaux, comme la céramique et les alliances de matières. Son travail est visible en permanence à Auray à la galerie Arts et Matière.

Michel Guidoni se réfère à ses maîtres : Nicolas de Staël, Paul Klee et son travail s’inscrit dans leur exigence picturale. Il recherche – avec son style propre, ses couleurs « sa patte » – à rendre un ensemble abstrait dans lequel persiste un élément figuratif qui permet de déchiffrer l’œuvre. Il procède par étapes successives, qui le mènent du paysage réaliste au paysage « abstractisé ». Et il ne conserve qu’un élément sur les deux. Il travaille par plans, triture finement les couleurs, inspiré par la mer, le paysage (La Corse, bien sûr, mais aussi la Bretagne). Il privilégie l’huile sur toile ou papier. Il montre aussi dans cette exposition plusieurs nus, qui jouent de l’encre et de l’aquarelle dans un travail fluide contrastant avec les aplats de matière forts de ses huiles. Son travail pourra être vu cet été à Sain- Jean- le-Thomas et au Mont Saint-Michel (juillet).